Entretien avec Clément Sans - Françoise Bonardel

Entretien avec Clément Sans pour la revue en ligne PHILITT (avril 2018)

 

CS. Vous avez rédigé deux ouvrages sur le bouddhisme : Bouddhisme et philosophie (2008) et Bouddhisme tantrique et alchimie (2012). Vous êtes par ailleurs membre de l’Institut d’Études Bouddhiques où vous donnez des cours sur l’acculturation du bouddhisme en Europe, et les rapports entre la philosophie occidentale et la pensée bouddhique. En dehors de quelques grands spécialistes comme Jean-Noël Robert, comment expliquez-vous la pauvreté des études bouddhiques en France, contrastant avec la relative sympathie de l’opinion envers cette religion ?

 

FB. Le décalage que vous soulignez est réel, mais la distance est fréquente entre des pratiques religieuses devenues populaires, et les études savantes réservées à un public plus restreint. Dans le cas du bouddhisme ce décalage a aussi d’autres causes, et il se peut que l’engouement des Occidentaux pour le bouddhisme ait reposé sur un certain nombre de malentendus dont j’ai tenté de rendre compte dans Bouddhisme et philosophie. L’enseignement du Bouddha parut